750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par escoffier sandrine



Vous ne les verrez probablement pas parce qu'elle ont tendance à disparaître, mais si ça vous arrive, mieux vaut être prévenu et savoir un peu ce qui se passe, sinon vous allez penser que les français sont vraiment fous.

 


La jarretière

Très intéressant, peut-être même choquant !

Si au milieu du banquet vous voyez quelqu'un mettre une chaise sur une table ou à un endroit bien visible, demander à la mariée de s'asseoir dessus. Si la mariée commence à remonter sa robe et à montrer ses jambes, vous allez avoir droit à la jarretière.


De quoi vous avez besoin ?

D'argent principalement.


C'est quoi ?


Le jeu est très simple, une personne tient un panier et se promène dans la salle,

quand les femmes mettent de l'argent dans le panier, la jarretière descend,

quand les hommes mettent de l'argent, la jarretière monte...



Mais pourquoi ce jeu complètement dingue ?

À part pour le plaisir pour les hommes de pouvoir regarder les jolies jambes de la mariée, le but de ce (vieux) jeu était de donner de l'argent aux jeunes mariés pour qu'ils puissent financer leur voyage de noces, ou autre chose.

 

 


Aller réveiller les mariés

Il y a encore quelques années, le grand jeu des invités était d'aller réveiller les mariés au petit matin...

Tout le jeu consistait pour les mariés à trouver un endroit secret où aller dormir,

et pour les invités à deviner où les mariés allaient dormir.


Et ce n'est pas tout !

Les invités arrivaient avec un pot de chambre (si vous ne savez pas ce que c'est je vous laisse chercher...) qui était plein de champagne, de chocolat et de gâteaux qu'ils faisaient manger et boire aux mariés.

Charmant !!!

Mais maintenant on ne le fait pratiquement plus rassurez-vous.

 

Voilà c'est tout. Si vous résistez à ça, bienvenue en France vous pourrez tout supporter !

 

Retour au sommaire de la liste "mariage"






Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article